Branle-bas de combat… de fortes précipitations sont prévues pour ces prochains jours. Il faut à tout prix protéger l’ensemble du mazot (qui n’a maintenant plus sa vieille toiture en guise de casquette), ainsi que la paille.

Durant les beaux jours qui ont suivi l’épisode pluvieux du stage, nous avions enlevé la grande bâche bleue de notre montagne de paille pour la laisser respirer – car nous avions repéré des traces d’eau. Avant de rebâcher, nous montons sur le tas pour séparer les quelques bottes humides…. et nous prenons conscience de l’ampleur du massacre : la bâche bleue n’était vraiment pas imperméable, de nombreuses bottes on pris l’eau de manière importante. En les levant, nous voyons que certaines commencent même à composter. :(

Nous reprenons toutes les balles une à une pour mettre à part les balles endommagées. Nous en faisons un tas que nous espérons pouvoir traiter rapidement, certaines parties sont récupérables. Malheureusement, c’est près d’un tiers des ballots qui est touché.

Nous recouvrons les balles non touchées par une bâche agricole bien épaisse (!!) et habillons le mazot avec le reste.

Il est maintenant certain que nous devons avoir fini de placer la paille avec son sarcophage de mortier ainsi que re-tuillé avant l’hiver si nous voulons éviter d’autres problèmes piquants du genre…

Le prochain exercice est donc une mise à plat du planning des 2 prochains mois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *